A.L.P.

2015-01 banquet du Val du Gévaudan

Banquet du Val du Gévaudan, Un dimanche amicaliste chaleureux et distrayant.

Ludique et convivial, culturel et familial, avec une pointe d’originalité bienvenue, tel fut le banquet de l’amicale du Val du Gévaudan, qui a inauguré avec brio, dimanche 18 janvier 2015,la saison amicaliste lozérienne à Paris.

Après un apéritif festif, assorti de douceurs salées concoctées par la gent féminine du bureau de l’amicale, ce fut, en musique, la cérémonie solennelle d’entrée de la pdte du Val du Gévaudan, accompagnée du pdt d’honneur du banquet, du pdt de l’association des Lozériens de Paris (ALP) et de la Pastourelle de la Lozère.

Dès le début d’un repas de qualité, Jean-Paul MAZOT, pdt d’honneur de l’amicale et vice-pdt de la société des Lettres, Arts et Sciences de la Lozère souhaita à tous la bienvenue et ses meilleurs vœux pour l’an nouveau, insistant sur le plaisir de ces retrouvailles amicales en ces temps troublés.IL en fut de même avec Michèle GREGOIRE, pdte de l’amicale du Val du Gévaudan qui salua très courtoisement ses amis. Jean-Paul MAZOT remercia d’emblée les personnalités présentes : le pdt d’honneur, Jean VILLEMAGNE,  « homme de cœur », son ami et complice ; Jean-Pierre BONICEL, pdt (ALP) ; Louisette ROUSSET, pdte d’honneur (Fédération des Amicales Lozériennes de France) ; Le Père BOISSIER, aumônier de la Paroisse Lozérienne de Paris ; Cécile ORLIAC, pdte d’honneur (Aumonaise) ; Emile VAYRON, pdt d’honneur (Nasbinalaise) ; Françoise MUCEL, pdte (Le Mont Lozère) ; Françoise DAVID, pdte  (Fournels) ; Alain COUSTOU, pdt ( Saint-Amans) et Josyane DELMAS-BOUCHARD représentant l’Aumonaise. Il appela la nouvelle pastourelle de la Lozère pour 2015, Emeline HOSTALIER, applaudie par l’assistance. Gracieuse, dans son seyant costume et sa coiffe de Marvejols, elle expliqua qu’elle était originaire du Cher de Sainte-Colombe de Peyre, dans le canton d’Aumont-Aubrac, qu’elle dansait au sein du groupe : « La Bourrée Barrabande » en Lozère et qu’elle effectuait à Nîmes, des études de psychologie. Elle reçut fleurs et souvenir de son premier banquet lozérien et la pdte de l’amicale lui souhaita un heureux « pastourellat ».

Après avoir  précisé que l’amicale de Chirac célébrait ses 45 ans de création et salué la fidélité de certains de ses adhérents, Jean-Paul MAZOT félicita l’orchestre « Tonus Musette » pour son talent qui se démontra avec les trompettes d’Aïda de VERDI.

Michèle GREGOIRE, pdte de l’amicale du Val du Gévaudan rendit hommage au pdt d’honneur, Jean-Paul MAZOT, pour le Prix du Genêt d’Or 2014, qui lui fut remis en août 2014.

Après ses vifs remerciements pour le magnifique diaporama permettant d’admirer en continu, de superbes photos lozériennes, Michèle GREGOIRE fit du pdt d’honneur du banquet, Jean VILLEMAGNE un portrait complet, depuis sa naissance à Mende, ses études en Allemagne et ses divers postes en tant que responsable des services techniques jusqu’à son installation en 2006 à Mende où il devint très actif dans plusieurs associations : à la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère, aux Amis de l’orgue de la cathédrale de Mende, aux Maisons paysannes de Lozère, aux Amis de la Providence, alliant ainsi le culturel au goût du patrimoine, le social au développement économique. Brillant photographe, fervent défenseur du désenclavement de la Lozère, il prône l’authenticité et les valeurs humaines et spirituelles. « Que toutes ces valeurs restent vivantes ! » conclut la pdte du Val du Gévaudan en remettant au pdt d’honneur, l’écusson du Gévaudan, en émaux de Boussefol.

Jean VILLEMAGNE remercia l’amicale de son accueil sympathique et avec aisance, détailla ses points de vue : sur la RN88 à laquelle il est très favorable pour désenclaver le nord-est du département, sur la richesse du patrimoine lozérien et les qualités des paysages et des habitats, œuvrant dans le cadre de l’association « Maisons  paysannes de Lozère », sur son engagement social avec les Amis de la Providence au profit des enfants et au château de Boy, pour lutter contre l’addictologie, en envisageant un projet novateur de « béguinage », souhaitant très fort enfin l’inauguration du musée Ignon-Fabre, totalement restauré, entre 2018 et 202o, à Mende.

Après la belle voix de Lydie chantant très bien Paris, Jean VILLEMAGNE proposa une activité originale en faisant deviner aux convives quels étaient les 136 châteaux lozériens projetés sur l’écran. Ce fut un agréable moment qui se poursuivit par un pot-pourri musical de « Tonus Musette » au cor de chasse et à la trompette.

De la danse à un autre quizz très intéressant sur le thème des paysages lozériens, l’on s’achemina vers une généreuse tombola et le bal qui, dans la bonne humeur, mit fin à un banquet séduisant, donnant la priorité à l’amitié, à la recherche d’activités nouvelles et à l’attachement à la Lozère.

Josyane DELMAS-BOUCHARD

2014-12 banquet du Val Gévaudan

 

 Banquet 2015

 Vous saurez tout sur le banquet de Val Gévaudan le 18 janvier 2015 en cliquant

ici banquet 2015

Venez nombreux pour que vive encore notre amicalisme, nous comptons sur vous.

 

_________________________

Pour vous inscrire  au banquet du Val du Gévaudan

Avant le lundi 12 janvier

Auprès de Michèle Grégoire :

Par téléphone : 01 45 42 63 13

Par courriel : micheline.gregoire@laposte.net       

NOM  …………………………………………………………………………………..

Prénom  ………………………………………………………….

Téléphone  ……………………………………………………..

Je  réserve :

pour le banquet du dimanche 18 janvier 2015 à 12H précises

……….. place(s) à 65 euros (adultes)

……….. place(s) à 15 euros (menu enfant , enfant de moins de 12 ans)

……….. place(s) à 32 euros (ados de 12 à 16ans)

……….. place(s) à 48 euros (prix spécial jeunes 16/25 ans)………………….

Ci-joint, un chèque de …………….€  libellé à l’ordre de Amicale du Val du Gévaudan.

Merci  de nous  indiquer le nom des participants ;

 et pour les enfants, préciser  l’âge et le prénom, garçon ou fille .

  Vous  pouvez  indiquer  le nom des  personnes  dont vous souhaiteriez  partager la table et nous nous efforcerons, en fonction des  possibilités, de vous donner  satisfaction.

Hôtel Mercure  – 34/36 rue du Moulin à Vanves (92) – 01 46 48 55 55 

________________________

Pensez à adhérer ou renouveler votre adhésion pour 2015

Vous pouvez adresser votre  bulletin après l’avoir complété, accompagné d’un  chèque de 15 euros libellé à l’ordre de Amicale du Val du Gévaudan.

 

NOM……………………………………………………….

Prénom …………………………

Adresse………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………

Courriel:………………………………………………………………………………

Téléphone:……………………………………………………………………………

Merci de faire 2 chèques séparés (banquet et adhésion), afin de faciliter la comptabilité.

À renvoyer à :

Michèle Grégoire – 61, rue de Gergovie – 75014 PARIS

________________

Merci à tous

 

2014-09 la Fare et Compte rendu de l’AG

la Fare n° 137 est arrivée et à lire ici Fare 137 site

2014-07 la Fare

Bonjour, le nouvel exemplaire de la Fare est ici

FARE 136-1

N’oubliez pas notre assemblée générale du Val du Gévaudan,  le mardi 29 juillet 2014.

Je vous souhaite de bonens vacances à tous

Michèle Grégoire

2014-02 le banquet et A.G. du Val Gévaudan

BANQUET DU VAL du GÉvaudan

Hôtel Mercure – 19 janvier 2014 :

TANGO

 

Les morceaux dansés

1- Recuerdo (Souvenir), 2:40, orchestre d’Osvaldo Pugliese (1905-1995), version instrumentale de 1924, style salon.

2-  El Flete (Le cheval), 3:06, orchestre de Francisco Canaro (1888-1964), version instrumentale de 1939, style canyengue.

3- Tu corazón (Ton cœur), 2:28, orchestre de Donato Raciatti (1918-2000), chant par Nina Miranda (1925-2012), tango de 1957, style orillero.

4- Que falta que me haces (Tu me manques tellement), orchestre de Miguel Calo (1907-1972), chant par Alberto Podesta, tango de 1964, style salon.

5- Milonga de mis tiempos (La milonga de mes jeunes années), 3:18, orchestre de Francisco Canaro, milonga de 1938.

6- Esquinas porteñas (Coins de rue portègnes), 2:51, orchestre de Angel D’Agostino (1900-1991), chant par Angel Vargas, valse de 1933.

 

 Petite histoire du tango argentin    

- Le mot et les origines du tango :

On attribue au mot « tango » des étymologies diverses. Au-delà des incertitudes et des extrapolations, il a des origines africaines (il peut signifier « lieu fermé », « sol réservé », « tambour »), qui évoquent les chants et danses d’esclaves.

 

Le tango naît dans les années 1850 d’un mélange entre des rythmes africains et caribéens (le candombé, la habanera), des danses européennes (la contredanse, la polka, la mazurka), et la milonga des alentours du fleuve le Rio de la Plata, près de Buenos Aires. Il devient la danse populaire des exilés arrivés en masse dans la capitale argentine. D’abord dansé dans les bordels et les conventillos (les immeubles où s’entassaient les immigrés), cette danse, jugée provocante voire obscène, est rejetée puis développée par la bourgeoisie argentine, après avoir conquis vers 1910 les salons parisiens désireux de s’encanailler. Le tango des origines évolue vers le tango argentin dit « de salon » et devient un des principaux emblèmes de l’identité argentine.

Pour décrire le tango, on a coutume de citer cette formule d’un des plus grands poètes du tango, Enrique Santos Discepolo (1901-1951) : « le tango est une pensée triste qui se danse ». Interrogé sur sa manière d’écrire, il remarquait : « À l’origine d’un tango, il y a toujours la rue, et c’est pourquoi je marche dans la ville en essayant d’en pénétrer l’âme, en imaginant au plus profond de moi ce que tel homme ou telle femme qui passent souhaiteraient entendre ou ce qu’ils pourraient chanter à un moment heureux ou malheureux de leur vie [...]. Le personnage de mes tangos, c’est Buenos Aires, c’est la ville. Un peu de sensibilité et un peu d’observation ont inspiré toutes les paroles que j’ai écrites. »

- Les différents styles du tango argentin :

Le style canyengue est une forme primitive du tango (2×4, 4×8, le mot argentin, prononcé « kanchengué », est d’origine africaine et signifierait « marcher en cadence », mais aussi « abimé », « fatigué », par extension « marginal », « pauvre ») Il se danse très « dans le sol », avec de fortes réminiscences de danses africaines, une étreinte (en argentin, l’abrazo) serrée, les genoux fléchis, et un style canaille. Les femmes portaient des robes longues, ce qui induisait des mouvements spécifiques. Le tempo est très marqué, la danse est théâtrale, voire burlesque. (Compositeurs associés : Francisco Canaro (1888-1964), Edgardo Donato (1897-1963), Orquesta La Tipica Victor, La Tubatango, etc.)

Le style orillero (en argentin, prononcé « orichero », qui signifie venant des orillas, les faubourgs, là où le canyengue est plus lié aux origines noires du tango) est plus ou moins contemporain du canyengue (antérieur, contemporain, ou postérieur selon les débats découlant de l’absence de sources primaires). C’est le style de la rue, des faubourgs des rives du Rio de la Plata près de Buenos Aires, où se développe l’essence ans du tango. Il se dansait à l’origine, comme le canyengue, avec des corte (arrêts brusques) et des quebradas (flexions en se penchant à la taille), jugées choquantes et interdites dans les salons. Il propose des pas expressifs, vifs, sur des musiques à rythmique énergique. (Compositeurs associés : Juan D’Arienzo (1900-1976), Rodolfo Biaggi 1906-1969), Roberto Firpo (1884-1969), etc.)

Dans les années 20, Julio De Caro (1899-1980) est le premier à révolutionner le tango en introduisant la polyphonie. Les musiciens de la Guarda vieja (la vieille garde), souvent sans formation musicale mais improvisateurs de génie, sont progressivement remplacés par les musiciens professionnels de la Nueva garda (la nouvelle garde) n’ayant pas joué dans les bordels, et introduisant les solos venus de la nouvelle influence du jazz américain. Avec Osvaldo Fresedo (1897-1984), il développent un tango mélodique riche qui, bien que de « salon », se souvient des origines faubouriennes du tango.

Le style salon (en argentin, prononcé « salone »), développé dans les salons et pour le bal à partir des années 20, fleurit en Argentine dans les années 30 et 40, (la « décennie infâme », longue crise politique et économique de 1930 à 1943). La posture est moins fléchie, les danseurs privilégient l’élégance, le respect de l’axe du partenaire et de la ligne de bal. L’abrazo est fermé dans la marche mais se module en fonction des figures, les tours sont importants et les variations nombreuses. C’est le style qui offre le plus de possibilités. (Compositeurs associés : tous ceux de l’âge d’or du tango (années 30-40) et plus particulièrement, Carlos Di Sarli (1903-1960), Osvaldo Pugliese (1905-1995), Miguel Calo (1907-1972), Anibal Troilo (1914-1975), Alfredo De Angelis (1910-1992), Ricardo Malerba (1905-1974), etc.)

Existent aussi le tango de style milonguero, en abrazo fermé et dans lequel les partenaires peuvent partagent un même axe, ce qui réduit le nombre de figures possibles, ainsi que le tango dit escenario ou fantasia, tango de scène ou de démonstration avec des figures et des portés que l’on ne fait pas en bal.

- Les autres rythmes dansés en tango :

La milonga : C’est un rythme plus rapide, plus gai, plus lié aux origines africaines du tango. Le mot « milonga » désigne par extension la réunion et le lieu où se déroule le bal de tango.

La valse : la valse dansée en tango se danse sur une rythmique à trois temps. Le guidage est le même que dans le tango, mais les pas et figures exécutés en tournant sont privilégiées.

Ouvrages et sites internet conseillés : http://www.todotango.com, http//marseilletango.com, Horacio Salas, Le Tango, Actes Sud, Babel, 1989, Rémi Hess, Le tango, PUF, 1997.

Et si vous voulez tout savoir sur cette belle manifestation, cliquez ici FARE 135 (1)

L’Assemblée Générale du Val Gévaudan aura lieu le 16 mars 2014: renseignements et inscription ici:inscription journée printemps 2014

2014-01 le banquet 2014 du Val Gévaudan

Mes Chers Amies et Amis ,
Tout d’abord bonne et heureuse année et bonne santé pour 2014.
Cette année verra le 20ème anniversaire de notre Amicale que nous fêterons tous ensemble. Alors, nous vous attendons nombreux à notre banquet que nous avons voulu très festif.
Vous pouvez vous inscrire avant le  le lundi 13 janvier, auprès de Michèle Grégoire en cliquant ici inscription banquet
et pour avoir les dernières nouvelles cliquez  ici : la fare 134
Comptant sur votre présence,
je vous assure mes Chers Amies, Amis, de mes sentiments amicaux
Michèle Grégoire, Présidente
——————————–

2013-09 la Fare

La Fare est arrivée, toutes les nouvelles de l’Amicale du Val du Gévaudan

à lire en cliquant ici FARE 133

2013- 07- la Fare

Chers Adhérents et Amis de la Fare,

Voici le numéro 132 de la  FARE 132. annonçant les activités amicalistes de l’été .

En attendant de vous retrouver nombreux lors de nos rencontres que nous espérons ensoleillées, je vous adresse mes meilleures amitiés lozériennes.

Michèle Grégoire, Présidente de l’Amicale du Val du Gévaudan.

 

En PJ, vous trouverez également le  Bulletin inscription VAL v1

pour la journée du 8 août à Aumont, à renvoyer avant le 1er août. Merci d’avance.

2013-05 Compte-rendu de l’AG du Val Gévaudan

Le n° 131 de la Fare est  ici

Bonne lecture en cliquant sur ce lien : FARE 131

2013-03 convocation AG du Val Gévaudan

Chers Amis,

Veuillez trouver ci-joint les renseignements concernant notre journée printanière du 7 avril prochain ainsi que la convocation et l’ordre du jour de notre assemblée générale en cliquant ici Convocation[1]
Vous aurez à vous prononcer sur les changements apportés aux statuts de notre association que vous pouvez consulter en cliquant ici Statuts projet

J’espère que vous serez nombreux à nous rejoindre ; pensez à vous inscrire avant le 2 avril afin de faciliter l’organisation.

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Pâques.

Bien amicalement.

 Michèle Grégoire .