Saint-Chély-d’Apcher | A.L.P.

Les Barrabans

L'Amicale des originaires du canton de Saint-Chély-d'Apcher

Logo de Saint-Chely

L'histoire des Barrabans

Après la création de l’Association lozérienne en 1880, par un célèbre Barraban, Théophile Roussel, les originaires du canton de Saint-Chély-d’Apcher éprouvèrent le besoin de se retrouver.
En Mai 1908, une poignée de Barrabans se réunirent rue du Sentier à Paris et décidèrent de fonder l’amicale des Barrabans, l’une des plus anciennes amicales lozériennes. Les statuts furent déposés par les fondateurs: Eugène Jeanjean, Louis Boudon et M. Ramadier.

Présidents de l’Amicale :

1908-1912 : Eugène JEANJEAN
1913-1933 : M.RAMADIER
1934-1943 : Prosper TARDIEU
1944-1957 : René LAFONT
1960-1972 : Joseph BOUDON
1973-1976 : Bernard FOURNIER
1977-1978 : André PIGEYRE
1979-        : Henri AMBERT
1980-        : Yvon POUGNET
1981-1998 : Roger TICHET

Quatre périodes ont vu l’amicale en activité réduite ou en sommeil.
De 1914 à 1918 et de 1940 à 1944 du fait des guerres.
De 1962 à 1972 et depuis 1998, l’amicale est en sommeil.

Les activités exceptionnelles

  • 1915 : à l’initiative du Président RAMADIER, une souscription fut lancée pour aider les compatriotes appelés sous les drapeaux, souscription qui recueillit la somme de 188 francs.
  • 1919 : l’assemblée générale rend hommage à ses Amicalistes morts au Champ d’Honneur durant la guerre. Souscription de l’Amicale pour l’érection du monument aux morts à Saint-Chély

Les activités traditionnelles :

  • Le banquet annuel : la plus importante manifestation qui permet de réunir les Amicalistes, leurs parents et leurs amis. L e banquet du 19 Février 1910 avait réuni au restaurant COQUET, 80 bd de Clichy, 136 convives qui s’étaient acquittés de 6 francs pour leur soirée. Le bénéfice de cette soirée s’était élevé à …38,25 francs !
  • La sortie champêtre : elle a toujours eu beaucoup de succès mais de moindre importance que nos banquets. La sortie promenade du 5 juin 1911, avec location de voiture à la maison Criton de Maisons-Laffitte pour 165,45 francs, réunissait 52 Amicalistes.
  • les lotos : prétexte à réunions et rencontres, ils font partie de nos soirées d’hiver dans la capitale.
  • les bals : manifestations qui attiraient de nombreux jeunes jusque dans les années 50. Elles furent abandonnées par l’Amicale au regard de la désaffection des jeunes pour ces soirées.

Les réalisations originales :

  • En 1958, le banquet du cinquantenaire se déroula le 22 novembre dans les salons Vianey à Paris, sous la présidence de Louis Bonnet (petit-fils du fondateur de l’Auvergnat de Paris) alors  directeur de ce journal.
  • En 1973, 1er rallye touristique des Barrabans en collaboration avec le S.I. Margeride-Aubrac de Saint-Chély.
  • 1974 voit la parution du 1er bulletin de liaison « Le Barraban » sous la rédaction de Roger Tichet.

Réalisations sur Saint-Chély :

  • 1975 – Déjeuner animation folklorique offert par l’amicale aux pensionnaires de l’hospice de Saint-Chély.
  • 1976 – Déjeuner offert aux Sapeurs-pompiers, suivi d’un bal et animation.
  • 1978 – Séance au cinéma Rex destinée au club de l’Age d’Or accompagnée d’un copieux buffet.
  • 1979 – Sortie champêtre pour le club du 3ème âge, visite du parc à loups à Sainte-Lucie et déjeuner.
  • 1982 – Découverte de l’Aubrac avec visite du Versailles lozérien, le château de la Baume, puis déjeuner au restaurant du Gibertes, avec animation dansante et chants.

Banquets parisiens :

La tradition veut que l’on invite un représentant du canton de Saint-Chély.

Après les établissements de la « Chesnaie du Roi » et « du Concorde Lafayette », nous avons pris la décision de nous retrouver au « Pavillon Dauphine » d’autant que celui-ci était géré par nos amis AMBERT.

Cadre exceptionnel où nous avons reçu pour présider deux maires de Saint-Chély, le conseiller général, deux directeurs d’usine, le chanoine SARTRE, le directeur du lycée hôtelier, Jacques CHAPUS, directeur de l’information à R.T.L, le Dr TRAUCHESSEC, le président de l’Union Sportive, le président de l’Entente-Nord-Lozère (football) la présidente du club de l’Age d’Or, etc…

Conclusion

A travers notre association, nos anciens étaient heureux de se retrouver dans une ambiance familiale pour parler du pays. Beaucoup y avaient cultivé la sympathie, l’entraide et l’appui mutuel.

En notre début de XXIème siècle, les temps ont bien évolué et peut être la motivation de se rencontrer fait défaut.

Gardons espoir afin que la flamme datant de près d’un siècle ne s’éteigne jamais…